A Malik, Zyed et Bouna, Adama et Steve*

emc

Malik, Zyed et Bouna, Adama et Steve. Nous ne les oublierons pas, comme nous n’oublions pas tous ces jeunes qui ont été victimes de bavures policières.

A quelle époque sommes-nous ? Nous pouvons légitimement nous le demander. Au regard de la répression que subissent principalement la Jeunesse et les classes populaires, serions-nous revenus en 1968 ?

S’il y avait des brigades de voltigeurs, le tandem Pasqua-Pandraud, nous serions en 1986. Est-ce « avec humanité et cœur » (mais à coups de matraque), comme disait Jean-Louis Debré à l’église Saint-Bernard en 1996, que les gilets noirs ont été évacués du Panthéon ? Du Kärcher de Nicolas Sarkozy, nous sommes passés quelques crans au-dessus avec le rouleau-compresseur Castaner, qui des « gueules cassées »  jusqu’à la tragique mort de Steve, enrichit son tableau de chasse.

Alors que le Contrat Social est mis en pièces par des réformes qui auraient fait rougir Margaret Thatcher, alors qu’un péril sans aucune mesure plane sur notre environnement, alors que la Démocratie n’est plus qu’une farce aux yeux du président auto-proclamé jupitérien, qui peut encore accepter tout cela et ne pas être en colère ?

La Jeunesse possède à mes yeux un droit inaliénable : c’est le droit à l’avenir que nous devons lui garantir. Ce n’est pas en rognant les APL, ni en adoptant le CETA ou en durcissant les conditions d’indemnisation à Pôle Emploi, ni en leur envoyant des nervis en uniforme que nous assurerons aux jeunes l’écoute de leurs préoccupations ainsi que l’épanouissement culturel, social et matériel qu’ils ont raison de revendiquer.

La nuit du 21 juin, Steve ne revendiquait rien. Il partageait une soirée avec ses amis à l’occasion de la Fête de la Musique, quoi de plus normal quand on a la vingtaine ? Et puis, les agents ont utilisé des grenades lacrymogènes et des grenades de désencerclement, des LBD, des tasers et des matraques comme on le voit sur la vidéo diffusée par Libération.

Et puis quinze personnes tombent à l’eau, certainement pas de leur plein gré. Steve en est et il ne savait pas nager.

Qui ne ferait pas le lien entre la charge des policiers et le drame, hormis le Premier Ministre Edouard Philippe pour fuir sa responsabilité et celle de son ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner ? A une époque où un préfet et un procureur révisent leur copie pour ne pas « déranger » le pouvoir, au moment où un préfet de police invente la garde à vue sans motif, alors que nous ne comptons plus les blessés dans des manifestations et que nous pleurons la mort de Steve, quelle image de notre République Emmanuel Macron et ses obligés donnent-il à la Jeunesse ?

Depuis l’élection présidentielle de 2017, nous assistons à la montée crescendo d’un pouvoir aveugle, sourd, autoritaire et violent.

Aveugle, cette majorité l’est puisqu’elle cherche à chaque mesure à stigmatiser les plus faibles : les migrants, les pauvres, les chômeurs, … et les jeunes !

Autoritaire, le Président de la République l’est depuis le début. Il suffit de se rappeler comment le Code du Travail a été mis en pièces par ordonnances.

Violent, la majorité LREM, le gouvernement et le Président le sont. Les deux premiers en agitant des éléments de langage autour de la transparence quand la famille de Steve pleure l’un des siens. Et il y a le mutisme du Président, qui ne veut pas être éclaboussé, qui préfère ignorer ce qu’il doit caractériser comme un incident mineur.

Assez de cette mascarade !

Assez de ce mépris !

Assez de cette violence !

Vérité et Justice pour Steve !

Démission du Premier Ministre et du Ministre de l’Intérieur !

Si aujourd’hui encore, comme depuis le 21 juin, nous pensons d’abord à Steve, nous déclarons solennellement que nous n’accepterons plus les coups de poing organisé par le pouvoir politique, usant de fonctionnaires armés, pour faire taire la Jeunesse et tout le pays quand ils s’opposent pacifiquement aux desseins d’Emmanuel Macron.

Jeunesse, lève-toi, nous t’accompagnerons pour bâtir des jours meilleurs dans une société démocratique, écologique, solidaire et humaniste. Nous te le devons, comme nous le devons à Malik, à Zyed et Bouna, à Adama et naturellement à Steve. Et aux autres, tous les autres …

*Malik Oussekine, Zyed Benna et Bouna Traoré, Adama Traoré, Steve Maia Caniço

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s