Il faut cesser de rajouter des handicaps au Handicap !

B9721633992Z.1_20191118202702_000+GN4EUGVLB.1-0

La réforme des retraites que rejettent massivement les français, multiplie les inégalités larvées sous couvert d’un universalisme de façade. Si la contestation de la réforme concernant la fonction publique, les régimes spéciaux, les travailleurs précaires et les femmes s’organise et se fait entendre de façon légitime, un grand silence entoure le sort réservé aux personnes en situation de handicap.

Pourtant les personnes titulaires d’une RQTH (Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé) ne sont pas en reste.

Le rapport Delevoye qui préconise de prendre en compte toute la carrière pour le calcul de la pension de retraite, hypothèque l’avenir déjà précaire des travailleurs en situation de handicap. Ces salariés ont des carrières souvent tronquées, irrégulières quand ils ont l’opportunité d’avoir et de conserver un emploi. Ce nouveau mode de calcul engendrera nécessairement pour ce public une baisse des pensions de retraite au même titre que pour les travailleurs précaires.

Les travailleurs en situation de handicap sont dépendants de leur état de santé qui exige des départs souvent anticipés en retraite. L’âge pivot à soixante-quatre ans va nécessairement créer davantage d’allocataires au minimum retraite ainsi qu’une aggravation du chômage pour les travailleurs RQTH séniors.

Afin de pallier le risque de l’explosion du chômage des séniors en situation de handicap, le rapport préconise de baisser le nombre de conditions nécessaires à une retraite anticipée. Ne nous y trompons pas, cette simplification n’est qu’un moyen douteux de se débarrasser plus vite de femmes et d’hommes pour qui le travail est un lien social nécessaire et structurant. Pousser des salariés qui n’ont pas le choix hors du monde du travail sans réduire la durée exigée de cotisations n’aura qu’une double-conséquence sociale : isoler et paupériser davantage les personnes en situation de handicap.

Les pensions d’invalidité sont aussi ciblées. Le système de retraite étant désormais un système un point si la réforme est adoptée alors le calcul se basera sur les dix meilleures années d’activité. Auparavant le calcul se basait sur un nombre de trimestres engrangés sans qu’il y ait un minimum prescrit pour avoir accès à une retraite à taux plein dès lors que le départ en retraite s’effectuait selon l’âge légal. Le changement est donc drastique et empêchera un grand nombre de travailleurs en situation de handicap de vivre une retraite digne.

Ces propositions constituent la suite logique de la ségrégation sociale organisée par le gouvernement à l’encontre des personnes handicapées. Des mesures inacceptables sont déjà dans les tuyaux, comme l’inclusion de l’Allocation aux Adultes Handicapés (AAH) dans le Revenu Universel d’Activité (ce qui revient à conditionner une prestation sociale due à une activité professionnelle impossible pour beaucoup de personnes handicapées). Or, à l’origine, l’AAH a été instituée pour aider les personnes qui n’arrivaient pas à acquérir un emploi stable.

Nous ne serions pas complets sur la situation des travailleurs handicapés si nous omettions de mentionner la situation indigne des personnes travaillant en Etablissement et Service d’Aide par le Travail (ESAT), rémunérées uniquement de 55% à 110% du SMIC parce qu’elles sont requalifiées en usagers au lieu d’être considérées comme tout le monde salarié et n’entrent donc pas dans le cadre légal du SMIC.

Evoquons également la décision inique du gouvernement en 2018de restreindre l’accès au logement pour les personnes handicapées en établissant un taux obligatoire de 10% de logements neufs adaptés. Ce choix constitue un net recul par rapport aux lois précédentes.

Nous pourrions également aborder l’échec de l’inclusion scolaire, l’isolement social des personnes handicapées qui n’intéresse pas le gouvernement, les situations ubuesques des Maisons Départementales des Personnes Handicapées (MDPH) qui voient leurs moyens financiers diminuer dangereusement.

Les personnes handicapées ont trop longtemps été les laissées pour compte des politiques publiques et cela doit changer. La République n’est humaniste que lorsqu’elle s’occupe de tous. Nous faisons nôtre le combat contre les injustices qui frappent les personnes en situation de handicap et nous exigeons la tenue d’un large débat public autour du Handicap ainsi que des solutions visant à l’inclusion éducative, sociale et économique des personnes qu’il touche. Il est temps de cesser de rajouter des handicaps au Handicap.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s