Encore des mots, toujours des maux …

FB_IMG_1578176150359.jpg

« Encore des mots, toujours des mots, les mêmes mots »

Loin des caramels, bonbons et chocolats de Dalida et d’Alain Delon, le Président Macron a osé cette sortie quasiment à l’entame de ses vœux aux Français : « nous avons su instaurer un dialogue respectueux et républicain, sans précédent dans une démocratie, et prendre des décisions marquantes ».

A l’écouter, j’ai d’abord pensé outré aux mutilé•e•s, notamment parmi les gilets jaunes, mais aussi les étudiants, les pompiers et les soignants, puni•e•s à vie dans leur chair d’avoir usé du droit constitutionnel de manifester. Dialogue ? Respect ? Si on vous le dit, voyons ! Allez, circulez, y’a rien à voir. Et pourtant …

Face à tant d’ironie, j’ai bien sûr pensé à Steve dont on ne peut dignement affirmer que sa mort tragique participe d’un dialogue normal entre les forces de l’ordre et la Jeunesse. Et depuis l’élection de Jupiter en 2017, je pourrais hélas aisément citer d’autres disparus …

Beaucoup de ses détracteurs comparent Macron à Margaret Thatcher, ce qui est assez juste, mais qui, à mon sens, ne va pas assez loin pour illustrer le cynisme de son projet et la violence de son action.

Le camp des amis du président,  c’est celui  des néo-classiques brutaux et réactionnaires qui se veulent les bras armés du libéralisme prédateur de la Démocratie, des solidarités et de la transition écologique. C’est un rouleau compresseur à contresens de nos principes et de nos valeurs qui roule à cent à l’heure sur le Contrat Social, le vivre-ensemble, la Nature.

Quand ils utilisent les mots « dialogue respectueux et républicain » ou « Démocratie », ils les vident de leur sens et quand ils vendent leur réforme des retraites, ils effacent simultanément le contenu des principes de justice sociale et d’universalité …

Pour s’en rendre compte, il suffit de s’arrêter un instant sur les éléments de langage largement diffusés par la cohorte des godillots macronistes : une litanie de mots creusés par une utilisation contraire à leur définition. Mais ça passe, c’est le langage du « Nouveau Monde ». Quelle grossière imposture !

En usant de termes aux antipodes de son action politique, Macron préempte sciemment le vocabulaire que le mouvement social, la Gauche et l’Écologie politique ont du mal à récupérer dans les médias et sur les réseaux sociaux pour expliquer l’alternative.

Si la bataille des retraites se gagnera aussi dans les mobilisations, si les municipales se remporteront aussi sur le terrain, ne négligeons pas la bataille des mots car il faut avouer que pour l’instant la Macronie a pris de l’avance sur ce terrain et qu’elle maîtrise les médias.

Pour parler clair, il faut d’abord des principes et des valeurs : nous n’en manquons pas ! Il faut ensuite des idées et un projet : nous nous y attelons chaque jour ! Il faut pouvoir aussi parler fort : c’est pour ça que nous prônons le rassemblement de la Gauche et de l’Écologie politique !

Dans vos échanges en famille, entre amis, au boulot, mais aussi sur les réseaux sociaux, sur les marchés, dans les cages d’escalier, dénoncez la supercherie, réappropriez-vous les mots qu’on nous volent pour couvrir les maux qu’on nous fait subir !

Ensemble, donnons du sens à notre discours d’opposants crédibles et incarnons sans retenue l’alternative citoyenne, solidaire, écologiste et humaniste.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s