Sanctionnons l’inhumanité !

FB_IMG_1580675813352

Jeudi 30 janvier, les masques sont tombés à l’Assemblée nationale où des députés-godillots, les 40 pires de la législature qui mériteraient de voir leurs noms affichés sur un mur de la honte, ont obéi à l’inhumanité ultralibérale et réactionnaire du gouvernement en votant contre le passage du congé pour le décès d’un enfant de 5 à 12 jours.

Que dire du zèle imbécile de cette député LREM qui jugeait inacceptable de « s’acheter de la générosité à bon prix sur le dos des entreprises » ? N’est-ce pas l’aveu de la complicité complice de « parlementaires playmobils » à un gouvernement dont le dogme qui ne loue que les plus riches et les puissants autorise tout, jusqu’à voter la pire des ignominies ?

Je pense à ce que tous les parents qui ont vécu le drame de perdre leur enfant, ont dû ressentir à l’annonce de la position du gouvernement et du vote de la majorité. J’en connais, vous aussi peut-être, j’en compte dans ma propre famille. Je me suis demandé si la Fraternité ne venait pas d’être (dé)gommée de notre triptyque républicain par une partie de la représentation nationale.

Le mépris, le rapport de force, l’invective, la contrainte, la violence politique dans les mots des élus et dans les actes des forces répressives d’État pour assumer leurs décisions idéologiques du parlement jusque dans la rue, voilà le modus operandi dont les marcheurs des ors de l’Elysée jusqu’aux bancs de l’Assemblée et dans le parti présidentiel devront répondre devant les urnes et devant l’Histoire !

L’opération pour sauver les meubles initié par le premier responsable, à savoir Emmanuel Macron, qui appelle le gouvernement à faire preuve d‘ »humanité », ne trompe personne.

Ce qui bat en Macronie, ce n’est pas le coeur de la France comme le suggérait si justement le slogan de Benoît Hamon à la dernière élection présidentielle, ce sont les « insiders » (« ceux qui réussissent » aux yeux du locataire de l’Elysée) qui battent les « outsiders » (« ceux qui ne sont rien » toujours selon les mots du Président de la République) et la solidarité, ce sont les policiers qui battent les manifestants et la liberté d’expression.

« Ce n’est pas une question d’argent mais de solidarité et de compassion de la Nation » peut ramer Muriel Pénicaud, c’est trop tard pour la ministre du Travail comme pour tout le « Nouveau Monde » qui a enfin montré son vrai visage.

Du MEDEF à la France Insoumise, de la CGT aux associations familiales, tout le monde a pris acte de quoi est capable le clan du successeur de François Hollande.

Avec La République En Marche, la Démocratie est tuméfiée, la Solidarité est polytraumatisée, l’Environnement est en sursis.

Nous avons un remède, un seul, pour lutter contre la violence morale et politique érigée en norme sous l’ère Macron, c’est le rassemblement des citoyens, du mouvement social, du tissu associatif, de la Gauche et de l’Écologie politique pour bâtir l’alternative.

Le premier geste qui sauve, c’est d’aller voter aux élections municipales des 15 et 22 mars prochains.

Sanctionnons l’inhumanité !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s