Combattre aujourd’hui pour mieux bâtir demain !

Le confinement se résume à plus de quarante jours d’enfer pour les sacrifiés, les oubliés et les laissés pour compte. La vision elliptique et la gestion improvisée mais « en même temps » dogmatique du gouvernement a laissé se durcir les conditions du « pendant ». pour celles et ceux qui ne peuvent pas attendre le « monde d’après ».

Prendre en considération l’urgence et y apporter des solutions, avec la même détermination que nous attachons à la prospective, renforcera la crédibilité des choix de l’Écologie politique et de la Gauche pour changer le monde sur le long terme.

Public/Privé : pas de hero•ïne•s, juste des sacrifié•e•s
Le vocabulaire guerrier du locataire de l’Elysée, hors de propos face à une épidémie, demeure l’aveu irréfutable du sacrifice volontaire des « premières lignes ». La réalité dans les EHPAD et les hôpitaux, c’est la gestion de l’incurie permanente : manque de personnel avec ses conséquences physiques et psychologiques sur les soignants, rationnement des moyens de protection quand il en reste, pénuries de traitements, dotations en matériel inadapté (comme certains respirateurs, inutilisables faute d’anesthésiant pour les installer), … etc. Au-delà de l’Hôpital Public et du milieu médical qui sont surexposés aux risques de contamination par l’impréparation et la mauvaise gestion de crise de l’État, l’ensemble des agents et des employés des entreprises délégataires mobilisés pour maintenir les services publics ont le sentiment légitime d’être de la chair à canon désarmée et plongée de force dans un combat qui priorise la lutte contre la récession au détriment de la Santé de toutes et tous.

Dans les secteurs dit « essentiels » de l’Economie, les conditions de travail sont très inégales et les conditions d’une sécurité sanitaire acceptable ne sont pas réunies systématiquement (loin de là), ce qui fait courir des risques inconsidérés aux aides à domicile, aux personnels de la grande distribution et du transport, dans les filières de la production alimentaire et à beaucoup d’autres. Rappelons la méconnaissance tellement répandue du droit du travail de nombre de concitoyen•ne•s entrave d’office la possibilité de recourir au droit de retrait. L’inspection du travail qui devrait assumer ses missions sans pressions politiques, est impuissante puisque muselée par sa ministre de tutelle, la récente mise à pied d’un inspecteur du travail par sa hiérarchie pour avoir voulu protéger des salariés vérifiant cette affirmation.

La France du « pendant » n’attendra pas le « monde d’après »
Dans de trop nombreux départements, des sans-domiciles ont été verbalisés pour non-respect du confinement. Pourtant, le nombre de places d’hébergement restent insuffisantes et la réquisition des logements vides est éludée, tandis que beaucoup de solutions hôtelières en complément d’un existant insuffisant ne sont pas appliquées. La répression subie depuis l’instauration du confinement s’ajoute à des conditions de vie rendues encore plus compliquées : raréfaction de l’aide alimentaire, de l’accès à l’hygiène, à la santé et de l’accompagnement social.

Parmi les oubliés de la France du « pendant », il y a les familles les plus démunies. Elles subissent de plein fouet des inégalités sociales accrues par la crise sanitaire : mal-logement, fracture alimentaire, fracture numérique amenant à l’impossibilité d’assurer la continuité pédagogique, … etc.

Les personnes en situation de handicap, contrairement aux récentes affirmations de la secrétaire d’État en charge du dossier, subissent un quotidien douloureux dans des logements souvent inadaptés, avec un soutien extérieur réduit quand il n’est pas supprimé, avec des adaptations ou de l’entretien d’appareillage reportés, avec un accompagnement médico-social et un accès aux soins très en recul par rapport à la normale déjà bien insuffisante.

La situation des exilé•e•s est alarmante et se heurte à l’absence de réponses politiques et pratiques décentes de l’État. La seule issue à court terme consiste à procéder à une régularisation massive des sans-papiers ainsi qu’à une mobilisation déterminée des moyens de droit commun pour leur assurer la protection à laquelle ils peuvent légitimement aspirer.

« Pendant » / « Après » : le devoir de mieux concilier aujourd’hui et demain
Cette France qui subit le « monde pendant » a besoin de réponses concrètes immédiatement, elle n’est pas en mesure d’attendre le « monde d’après ». Pour autant, tout le monde a besoin de penser le monde après le COVID et il ne s’agit pas d’opposer la nécessité de répondre sans attendre aux urgences sanitaires et sociales à la nécessaire prospective pour bâtir ensemble des jours meilleurs. Nos concitoyens sauront apprécier l’équilibre de nos réflexions et de notre expression politiques, aussi la recherche de l’équilibre doit être une de nos préoccupations.

D’autres combats méritent d’étayer la charge politique déjà colossale que nous assumons, comme l’insuffisance de débat public (notamment au Parlement) sur des questions fondamentales ayant trait à l’action et aux orientations du gouvernement, le danger imminent pour nos libertés individuelles que représente l’application StopCovid (digne héritière de Gendnotes si des garanties suffisantes ne sont pas apportées), les risques sanitaires d’un déconfinement précipité et mal organisé, le refus de tester l’ensemble de la population, la non-considération des difficultés spécifiques de la majorité du secteur associatif, la difficulté à instaurer une cohésion forte en Europe et dans le monde, l’édification d’un modèle alternatif au libéralisme productiviste et pro-carbone, etc …

Le rassemblement de la Gauche et de l’Écologie politique doit puiser dans nos capacités collectives d’analyse et de proposition afin de co-construire, en associant scrupuleusement les citoyennes et les citoyens, une réponse juste et équilibrée, une réponse au court et au long terme.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s